Le Taïso (体操); préparation du corps en japonais, est une discipline sportive d'origine japonaise. Souvent pratiqué dans un dojo, vêtu d'un judogi, ou d'un kimono plus léger, parfois simplement en tenue sportive. A l'origine, le Taïso nommait les activités physiques complémentaires pratiquées par les compétiteurs de judo ou de jujitsu dans le cadre de leur entrainement. De nos jours cette discipline intéresse un public de plus en plus large, sans limite d'âge, qui n'a pas forcément pratiqué de sport auparavant et qui recherche un loisir axé sur la culture et l'entretien physique. C'est une alternative ludique aux nombreux sports de remise en forme comme le step ou la gymnastique volontaire puisque certains cours de Taïso représentent une approche douce des arts martiaux tels que le judo et le jujitsu, sans aucun danger (pas de chute, pas de coup porté).

Les exercices du Taïso sont donc très variés, la plupart se font en binômes :

En France, le Taïso est affilié à la Fédération Française de Judo Jujitsu et Disciplines Associées.

Cinq bonnes raisons de se mettre au Taïso

Article ELLE.fr (Par Isabelle Sansonetti - Le 06/10/2011)

Cette nouvelle discipline emprunte ses codes de préparation physique au judo, chutes et combats en moins. Ludique et efficace.

Tout le monde peut pratiquer

Taïso (prononcez « taïsso ») signifie « préparation du corps», en japonais. Pour les athlètes, c’est un échauffement incontournable. Et pour nous? «La séance, qui dure 45 ou 60 minutes, est accessible à tous, y compris à ceux qui n’ont jamais pratiqué un art martial », assure Christophe Brunet, coach fédéral. Elle se déroule sur tatami, vêtu d’un T-shirt et d’un bas de jogging ou d’un judogi (prononcez «judogui»), un pantalon blanc de kimono. Au menu, un échauffement de quelques minutes (petits sauts, course autour du tatami…), des exercices de renforcement musculaire, puis cinq à dix minutes d’étirements.

On se dépense vraiment

On travaille sérieusement les abdos, le plus souvent sans s’en apercevoir, ainsi que les autres groupes musculaires des bras, du dos, des fesses et des jambes. L’entraînement est aussi cardio, avec beaucoup de déplacements, de relevés du sol (de la position assise à la position à genoux), de pas chassés, de gainage actif comme le crabe (la planche en tournant) ou la langouste (on se déplace sur le dos en appui sur les pieds et une épaule), de sauts sur une jambe fléchie… A la clé, plus d’endurance, une meilleure coordination et des muscles toniques dès la fin du premier mois, même si on ne fait qu’une séance par semaine. A condition, bien sûr, de manger équilibré.

C’est convivial

Beaucoup d’exercices se pratiquent à deux. Par exemple, au lieu de faire un squat seul, on se place dos contre dos avec son partenaire puis on fléchit les jambes de concert. Autre possibilité : on ne fait pas la planche sur les coudes chacune de son côté mais on se place face à face puis on décolle alternativement une main puis l’autre pour toucher l’épaule de sa nouvelle copine de tatami. C’est plus difficile mais plus ludique et bien plus efficace puisqu’on améliore son équilibre tout en renforçant ses muscles.

C’est antistress

D’une part, on se dépense vraiment : on transpire et on brûle des calories, donc on élimine, avec un petit effet «détox» très appréciable. D’autre part, on se concentre sur la réalisation d’exercices nouveaux, ce qui aide à décrocher. Et ça, il n’y a pas mieux pour évacuer le stress et ressentir un réel bien-être à la fin de la séance. Même quand on est fatiguée après une heure d’activité physique non-stop !

Cela sert dans la vie de tous les jours

La plupart des exercices sont fonctionnels et sollicitent les mêmes muscles que ceux qu’on active dans la vie de tous les jours. L’intérêt? «C’est plus facile de se baisser et de se relever quand on fait régulièrement un travail de gainage, qu’on a bien renforcé les muscles profonds et ceux des membres inférieurs », argumente Christophe Brunet. Cerise sur le tatami, on travaille la mémoire quand on enchaîne les différents exercices en circuit training ou dans une mini-chorégraphie. Et quand on réussit, on booste sa confiance en soi !

Taïso : le nouveau judo sans les chutes

Article TopSante.com (Le 07/11/2011)

Ludique et adaptée à tous les âges, sans être mollassonne, cette activité dérivée du judo séduit de plus en plus de femmes. Vous voulez entretenir votre corps et garder la forme, de façon conviviale ? Alors le taïso est ce qu’il vous faut !

Taïso : une gym sur tatami

Son nom signifie “préparation du corps” en japonais, mais le taïso n’est pas un art martial. “À l’origine, il correspondait à toutes les activités de préparation physique des judokas, explique ainsi Christophe Brunet, de la Fédération française de judo. Mais depuis une dizaine d’années, le taïso est devenu une activité à part entière et près de 2 000 clubs en France la proposent à tous ceux qui cherchent à entretenir leur condition physique sans passer par les rites de combat du judo.” Ici, pas de lutte, les mains serrées sur la veste du judogi (tenue du judoka), ni d’ukemi waza, ces chutes bruyantes sur les tatamis. Mais une palette d’exercices traditionnels, souvent ludiques. À première vue, le taïso est assez proche du renforcement musculaire et de la gymnastique d’entretien. Mais chaque exercice s’inspire de postures ou de gestuelles empruntées au judo et tout se passe sur… tatamis !

Le taïso pour muscler le haut et du bas du corps

La séance commence par un échauffement léger pour faire monter peu à peu la température du corps. On prépare les muscles et les articulations à l’effort : trottiner, seul(e) ou à deux ; enchaîner les pas chassés en se tenant par les épaules ; déverrouiller les articulations une à une… Ensuite, place à différents exercices et circuits à réaliser seul ou avec un partenaire, au sol ou debout. La séance s’achève par des étirements et un moment de relaxation. “Les exercices et le rythme sont choisis par le prof en fonction du niveau des pratiquants, pointe Christophe Brunet. Un cours de taïso peut donc être très intense pour les compétiteurs ou s’adapter aux personnes plus âgées ou moins sportives.”

Taïso : apprendre les chorégraphies stimule la mémoire !

“Le taïso est une préparation physique qui permet d’entretenir le corps dans son ensemble”, décrit Christophe Brunet. Ce qui explique que certains judokas, comme la médaillée de bronze olympique de 2008, Barbara Harel, préfèrent le taïso aux salles de musculation pour se préparer. On fait travailler le cœur, on améliore l’endurance, le souffle la souplesse, l’équilibre et la coordination.

Comme dans les salles de fitness, des petites chorégraphies appelées “kata” (exercices à faire dans un certain ordre) sont réalisées. Ce qui développe la mémoire ! “Il n’y a pas de projection comme en judo”, confirme Christophe Brunet. Donc pas de choc violent. En revanche, “on peut apprendre à s’asseoir au sol, se relever, en décomposant certains exercices.” Et ainsi acquérir des automatismes permettant de mieux réagir dans la vie en cas de chutes. Pour les personnes âgées, c’est donc un bon moyen de dérouiller les articulations et d’entretenir sa souplesse.

Plaisir du jeu et convivialité

Pourquoi on aime le taïso ? Parce qu’il donne un sacré coup de jeune aux séances de gym d’entretien. “Les exercices sont variés et le fait de les réaliser avec un partenaire rend l’activité très conviviale. On rigole beaucoup pendant la séance”, confirme Lydia, 47 ans, qui a découvert cette activité grâce à son fils, judoka. “Même si j’étais sceptique au départ, j’ai accroché très vite. Physiquement et mentalement, le taïso m’a beaucoup apporté. Je me sens plus en forme et surtout plus à l’aise dans mon corps. Je le connais mieux”, raconte Nathalie, 36 ans, fidèle depuis six ans. Alors, ça vous tente ?

Taïso : quelques exercices à faire à deux

Un gainage d’acier : Allongées sur le côté, en appui sur un bras, face à face, les deux partenaires vont chacune à leur tour aller poser leur pied libre sur le bassin de leur voisine. Une façon de renforcer le gainage de la ceinture abdominale tout en travaillant en douceur les fessiers.

Des cuisses fermes : Face à face, les partenaires se tiennent par les poignets pour effectuer des flexions des jambes, jusqu’à la perpendiculaire, le dos bien droit. L’idée est de travailler l’équilibre à deux, tout en musclant les quadriceps, les ischio-jambiers (arrière de la cuisse) et les mollets. Cet exercice peut aussi s’effectuer dos contre dos ou en décollant les talons afin d’accentuer le travail d’équilibre.

Spécial dos : Sur le dos, tête-bêche et légèrement décalées, les deux partenaires se tiennent les mains pour monter ensemble les jambes et le bassin, en position de chandelle. Elles pivotent ensuite pour redescendre doucement de l’autre côté. Ici, on travaille essentiellement les abdominaux, les muscles de la région lombaire et la coordination.

Des bras galbés : Debout, l’une derrière l’autre. La première se laisse tomber en arrière, le corps bien raide, les abdominaux contractés jusqu’au contact avec sa partenaire, placée en fente derrière elle. Celle-ci, les mains sur les épaules de sa partenaire, amortit la descente du corps, avant de le repousser vers l’avant. Cet exercice permet de travailler à tour de rôle les membres supérieurs (biceps, triceps), ainsi que les pectoraux, abdominaux et dorsaux.

Des abdos en béton : Face à face, allongées sur le sol, les deux partenaires relèvent les jambes fléchies et le haut du corps afin de se bousculer légèrement du bout des pieds. Elles font ainsi travailler leurs muscles abdominaux… sans s’en rendre compte.

Taïso : avant de se lancer

Trouver un club : Un tiers des 5 600 clubs que compte la Fédération française de judo proposent la pratique du taïso sous sa forme “fitness”. De nombreux clubs déclinent aussi une section “spécial seniors”. Pour en trouver un près de chez vous, renseignez-vous auprès de votre mairie ou sur le site de la fédération (www.ffjudo.com).

Choisir sa tenue : Les moniteurs recommandent de porter un pantalon de judogi ou kimono (à partir de 18 € le pantalon Domyos chez Decathlon) et un simple T-shirt. Mais un pantalon de survêtement ou un collant fait l’affaire. L’essentiel est d’enfiler une tenue dans laquelle on est à l’aise.

Prévoir un certificat médical : Il n’y a pas de contre-indication majeure à la pratique du taïso, mais un certificat médical est exigé par le club lors de l’inscription. Pensez-y !

taiso/presentation.txt · Dernière modification: 2016/02/22 17:29 par ascjudo
 
Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous les termes de la licence suivante : CC Attribution-Share Alike 4.0 International
Recent changes RSS feed Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki