Retour au menu Préparation Physique

Entraînement et préparation physique

Bibliographie : La préparation physique - Michel Pradet -

Qu’est ce que l’entraînement ?

L’entraînement est un processus d’adaptation de l’organisme par des actions complexes en vue d’une performance.
La performance est bien un objectif personnel, une idée d’accomplissement (pour certains, social), propre à chacun. Vouloir faire mieux, c’est performer… et donc, à portée de tous ! Libérez vous du carcan médiatique !
En fait, l’entraînement crée donc ni plus ni moins, un déséquilibre auquel l’organisme réagit en s’ajustant à la demande.
Cela sous entend, une notion de « flexibilité » de l’organisme, mais aussi, à ne pas négliger, ses limites d’ adaptabilité ! Chaque individu a évidemment une marge de progression, mais bien dans le cadre de ses limites, lesquelles dépendent de l’âge, du sexe, des gènes, du niveau d’entraînement, de l’environnement…
Par conséquent, si l’entraînement provoque un déséquilibre, il faut savoir le manier intelligemment ! Une programmation d’entraînement mal menée vous entraînera vers un état de fatigue avancé, une baisse de vos capacités physiques et sportives, alors qu’au contraire, une programmation adaptée et bien pensée, vous fera progresser, performer !
La charge d’entraînement varie par sa qualité, son intensité et son volume. Pour être pertinente, elle doit être adaptée au sportif, et répondre à plusieurs principes :

  • L’individualisation : Nous ne possédons pas tous la même capacité d’adaptation à l’entraînement. L’hérédité y joue un rôle majeur, mais aussi, l’âge, le sexe…Par conséquent, une charge d’entraînement doit prendre en compte les besoins spécifiques et les capacités de la personne sans oublier, ses objectifs !
  • La spécificité : Les adaptations à l’entraînement ont pour but de répondre au mieux à la logique interne de la discipline sportive, ses spécificités. Les programmes d’entraînement doivent donc solliciter les systèmes physiologiques essentiels à la réalisation de la performance dans une discipline donnée. Un coureur de fond n’aura pas le même type d’entraînement qu’un haltérophile !
  • La régularité : La pratique régulière de l’activité physique améliore la capacité des muscles à produire plus d’énergie et à résister à la fatigue. L’entraînement en endurance augmente donc votre capacité à réaliser des exercices plus intenses sur des périodes plus prolongées ; mais si vous arrêtez de vous entraîner, votre niveau d’aptitude va s’effondrer et revenir à celui d’un sédentaire. Par conséquent, un entraînement doit s’inscrire dans la continuité ! Rien n’est acquis à vie !
  • La progressivité : Deux concepts importants : la surcharge et la progressivité sont à la base de tout entraînement. Par exemple, pour améliorer la force, les muscles doivent travailler en surcharge, c’est à dire soulever des charges supérieures à celles qu’ils soulèvent normalement. Par conséquent, cela implique que la résistance proposée aux muscles doit être progressivement augmentée puisque le muscle devient de plus en plus fort. En développé couché, on augmentera la charge, puis, le nombre de répétitions… Il en est de même pour un entraînement aérobie, son volume (intensité et durée) doit être progressivement augmenté.
  • L’alternance : Un entraînement très intense épuise l’organisme. Il ne faut pas croire qu’un entraînement intense et quotidien apportera de meilleures capacités de performance. Bien au contraire, l’organisme s’y adapte mal et se fatigue, gare aux blessures ! La clé de la réussite, c’est de comprendre qu’un entraînement très intense épuise l’organisme et nécessite une récupération d’un jour ou deux si on veut en tirer tous les bénéfices. Par exemple, un entraînement de fractionné très intense doit être suivi le lendemain d’un entraînement modéré. Cette séance permet une récupération active qui aide l’organisme à supporter des efforts intenses. Alors, inutile de « charger la mule », pensez aussi à souffler !
  • La périodicité: Un athlète ne peut pas prétendre être au top toute l’année, c’est utopique, inconscient et…dangereux ! Il doit donc planifier sa saison en fonction de ses objectifs. L’entraîneur aidera donc progressivement le sportif à trouver son état de forme optimal à une période donnée. En fonction de la période de l’année, la charge d’entraînement varie selon sa spécificité, son volume et son intensité sous forme de cycles progressifs.
  • La variété : Cet aspect n’est pas à négliger si on veut éviter la monotonie de l’entraînement, source de démotivation et de désintérêt du sportif. Il faut donc varier la forme des entraînements, les supports, ne pas négliger l’aspect ludique et pourquoi pas encourager à s’aérer la tête sur d’autres activités sportives !


Voici les ingrédients d’une programmation d’entraînement intelligente ! A vous de composer !
Maintenant, vous avez une activité sportive principale, vous voudriez progresser, améliorer vos capacités de performance, arrive la notion de « préparation physique ».

Qu’est ce que « la préparation physique » ?

« … C’est l’ensemble organisé et hiérarchisé des procédures d’entraînement qui visent au développement et à l’utilisation des qualités physiques du sportif. Elle apparaît de façon permanente aux différents niveaux de l’entraînement sportif et se met au service des aspects techniques et tactiques prioritaires de l’activité pratiquée … »
Le découpage d’une saison sportive se définit comme suit (cf. le principe de périodicité) :

  • Période de préparation physique générale (PPG), dite préparatoire, où le but est le développement et l’harmonisation des diverses qualités physiques, mais aussi, le travail des points faibles.
  • Période de préparation physique auxiliaire (PPA), pré compétitive, où sont privilégiées les qualités physiques en rapport direct avec la discipline sportive, en fonction de l’individu et des choix techniques et tactiques, et enfin, le travail des points forts.
  • Période de préparation spécifique (PPS), compétitive, où s’harmonisent tous les facteurs de performance, c’est la recherche de « l’ état de condition physique absolu ».

La préparation physique s’étend sur trois grands domaines :

  • La puissance : c’est l’ensemble des paramètres permettant d’effectuer des actions à intensité maximum à savoir les qualités de force et de vitesse.
  • L’endurance : c’est l’ensemble des paramètres favorisant l’expression de la motricité pendant la durée la plus importante.
  • L’adresse : c’est l’ensemble des paramètres favorisant un haut niveau d’efficacité de la motricité.

Schéma du développement des qualités physiques

Remarque : Quand l’apprentissage a été effectué à un bon niveau, il semble que le développement des gains dans un secteur se fait au détriment des autres.

Rapport entre une qualité développée et les autres Intensité de développement

Niveau d’expertise

sante/prepaphysique/entrainementetpreparationphysique.txt · Dernière modification: 2015/06/26 06:54 par ascjudo
 
Sauf mention contraire, le contenu de ce wiki est placé sous les termes de la licence suivante : CC Attribution-Share Alike 4.0 International
Recent changes RSS feed Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki